水曜日, 5月 16, 2018

COURBET ET PROUDHON : ART SOCIAL ET DISCOURS SOCIALISTE Mémoire de recherche présenté par Hélène de Foucaud Directeur du mémoire : M. Jacques Cantier, Maître de conférences

COURBET  ET  PROUDHON  : ART  SOCIAL  ET  DISCOURS  SOCIALISTE Mémoire  de  recherche  présenté  par  Hélène  de  Foucaud Directeur du mémoire  :  M. Jacques  Cantier, Maître  de  conférences 
2010

43:
comme  éducation  »  et  renoncer  à  l'irréel.  Par  ailleurs,  chaque  homme  doit  rester  indépendant et  fidèle  à  lui-même,  aux  objectifs  et  à  la  ligne  de  conduite  qu'il  se  fixe  et  ce,  en  rejetant  la religion.  Courbet  dénonce  le  capitalisme  qui  permet  aux  propriétaires  de  s'enrichir  tandis  que les  producteurs  gagnent  peu,  et  incitent  les  individus  à  accumuler  les  richesses  plutôt  qu'à  les utiliser  dans  la  société.  D'un  point  de  vue  politique,  il  est  pour  une  décentralisation  en  faveur des  communes  qui  seraient  le  cadre  référence  de  la  vie  sociétale.  Il  donne  également  une  très grande  importance  à  l'éducation  des  enfants  qui  doit  être  gratuite.  Le  travail  est  le  moteur essentiel  de  la  société,  facteur  de  reconnaissance  voire  d'existence  sociale,  et  utile  à  la communauté.  En  ce  qui  concerne  l'art,  Courbet  applique  les  idéaux  des  Lumières  cités  plus haut  :  l'art  doit  être  l'expression  pure  d'une  individualité,  l'artiste  doit  refuser  les  commandes et  ne  jamais  céder  au  bon  goût  populaire  s'il  va  à  l'encontre  de  ses  propres  convictions.  Pour ce  qui  est  de  la  société,  il  se  refuse  à  reconnaître  des  divisions  en  classes  et  préfère  considérer les   hommes  individuellement  «  qui  se  distingue[nt]   par  [leurs]   œuvres  ou  par  [leurs] actions  ».  Enfin  il  distingue  les  hommes  «  parvenus  »  qui  auront  une  postérité  par  leurs œuvres  des  hommes  «  non arrivés  » qui  n'auront  pour  seule  postérité  que  «  leur  progéniture  ». Cette  lettre  est  donc  très  riche  d'informations  sur  la  façon  dont  Courbet  perçoit  la société.  En  rejetant  le  passé  et  la  religion,  il  nie  le  poids  de  la  tradition  et  appelle  donc  de  ses vœux  une  société  résolument  tournée  vers  l'avenir  et  le  progrès.  Son  idéal  de  liberté  et d'indépendance  est  une  nouvelle  fois  exprimé  et  complété  par  un  idéal  d'égalité  qui  serait assuré  par  une  redistribution  des  richesses  qui  assurerait  à  tous  des  conditions  de  vie  décentes sans  intervention  de  la  charité.  Cette  égalité  ne  serait  d'ailleurs  pas  uniquement  économique puisqu'il  rejette  le  concept  de  classes  en  privilégiant  une  approche  individuelle  où  chaque homme  n'existe  que  par  ce  qu'il  fait.  L'éducation  gratuite  et  obligatoire  est  un  des  leviers  de cette  égalité.  Ainsi,  sept  ans  avant  la  Commune,  on  trouve  une  aspiration  à  ce  modèle politique. Ces  conceptions  sont  proches  des  conceptions  socialistes.  L'hostilité  envers  l'Etat  et l'idée  d'une  fédération  de  communes  autonomes  ne  sont  pas  sans  rappeler  la  pensée  de Proudhon.  Les  recommandations  concernant  l'art  servent  la  réflexion  du  philosophe  et l'influencent  probablement  pour  la  rédaction  de  son  essai  «  Du  principe  de  l'art  et  de  sa destination  sociale  ».  Cette  lettre  est  donc  l'occasion  de  voir  que  l'influence  ne  s'est  pas  faite  à sens  unique  et  que  par  certains  aspects  Courbet  a  également  pu  influencer  Proudhon.  Cela reste,  pour  la  période  étudiée,  la  formulation  la  plus  aboutie  de  la  pensée  politique  du  peintre 

43:dans  sa  correspondance. Le  peintre  ressent  d'ailleurs  une  certaine  fierté  à  ce  que  Proudhon  le  défende  et  ainsi être  à  l'origine  d'un  des  ouvrages  de  ce  dernier.  «  Il  entreprend  de  résumer  l'art  de  ces  tempsci,  résumé  que  je  lui  ai  suggéré  »61.  Il  se  réjouit  également  d'être  dans  la  même  ligne  que Proudhon  :  «  nous  allons  enfin  avoir  un  traité  de  l'art  moderne  arrêté,  et  la  voie  indiquée  par moi  correspond  à  la  philosophie  proudhonienne  ».  On  peut  d'ailleurs  dans  cette  phrase  voir que  l'art  de  Courbet  n'est  pas  fait  pour  suivre  la  philosophie  proudhonienne  mais  qu'il  y «  correspond  ».  Le  discours  socialiste  semble  donc  se  greffer  sur  un  art  social  déjà  existant. Proudhon  trouve  dans  l'art  de  Courbet  l'expression  artistique  correspondant  à  la  pensée socialiste  puisqu'au départ  le  philosophe  n'avait  jamais  considéré  l'art  dans  la  société. L'arrivée  de  Proudhon  dans  l'entourage  du  peintre  semble  entraîner  une  substitution  du réalisme  par  le  socialisme.  Le  discrédit  qui  est  porté  sur  Champfleury  traduit  ce  glissement progressif. «  Proudhon  me  dit  qu'il  m'a  manqué  un  littérateur, que  Champfleury  n'y  entend rien,  qu'il  ne  sait  pas  écrire,  qu'il  n'a  pas  l'esprit  de  faire  un  ouvrage  critique, et  qu'il  ne  sait  pas  raisonner.  Il  ne  m'apprend  rien.  Si  j'osais  j'en  dirais  bien davantage  que  lui. Comme  je  n'avais  pas  terminé  mon  action,  ça  m'était  égal  que  Champfleury écrive  ce  qu'il  voulait  sur  le  réalisme  (dans  lequel  il  n'a  jamais  été),  ce  qu'il  ne m'était  pas  égal  c'est  qu'il  dévoyait  par  le  fait  le  public  sur  mon  compte,  parce qu'on me  croyait  associé.  » Le  philosophe  a  donc  très  certainement  joué  un  rôle  dans  la  rupture  des  relations  avec Champfleury quand  on  voit  le  peu  d'estime  qu'il  lui  portait  et  tout  le  crédit  que  Courbet  prêtait à  Proudhon.  Le  peintre  va  même  jusqu'à  dire  que  Champfleury  n'a  jamais  appartenu  au réalisme.  Cette  vision  rétrospective  sur  son  amitié  avec  l'écrivain  renforce  d'une  part  l'image du  peintre  comme  celle  d'un  homme  opportuniste  et  fier  et  d'autre  part  l'idée  que  le  socialisme a  pris  le  pas  sur  le  réalisme  et  que  désormais  au-delà  d'une  quête  de  la  vérité,  Courbet  veut être  politique.  C'est  peut-être  ce  qui  transparaît  dans  le  Retour  de  la  conférence  :  alors  qu'au début  de  sa  carrière,  il  suffisait  au  peintre  de  présenter  la  réalité  de  la  condition  ouvrière  ou paysanne  pour  provoquer  le  scandale.  Avec  ce  tableau  tournant  en  dérision  la  religion  il 61 Lettre  à  Max  Buchon d'août  1863

0 Comments:

コメントを投稿

Links to this post:

リンクを作成

<< Home